Actualités

Accueil > Actualités > A la une > Journée de la femme

Journée de la femme

 Contexte et justification 

L’humanisation de la sanction pénale et la lutte contre la surpopulation carcérale ont toujours été au cœur des préoccupations des pouvoirs publics. L’État du Sénégal, à travers le Ministère de la Justice a ainsi élaboré d’importants mécanismes tendant à la limitation des décisions d’incarcération, et le cas échéant, à l’anticipation de la libération des condamnés détenus.

Les lois n° 2000-38 et n° 2000-39 du 29 décembre 2009 ainsi que le décret n° 2001-364 du 4 mai 2001, adoptés il y a plus de vingt ans, ont incorporé dans notre système pénal, des outils, communément appelés modes d’aménagement des peines, dont l’insuffisante appropriation par les acteurs et l’absence de vulgarisation au profit des potentiels bénéficiaires, ont rendu hypothétique la mise en œuvre effective.

La peine privative de liberté semble demeurer le principe au regard des décisions rendues par les juridictions et les personnes condamnées purgent généralement l’intégralité de la durée des peines auxquelles elles ont été sanctionnées.

Les femmes en conflit avec la loi n’en sont pas épargnées et celles du Camp pénal de Liberté VI, en particulier, paraissent insuffisamment informées sur l’existence de ces outils, notamment la libération conditionnelle et la réduction des peines. Pourtant, l’usage optimal de ces instruments pourraient non seulement permettre leur libération anticipée, mais surtout favoriser leur réinsertion sociale.

C’est pourquoi, la Cellule genre du Ministère de la Justice, soucieuse de la place centrale de la femme dans l’environnement familial, économique et social, a estimé devoir organiser en leur faveur une journée de sensibilisation afin de leur permettre de s’approprier ces mécanismes. C’est tout le sens du présent atelier.

Objectif général

Appropriation des conditions d’obtention de la réduction des peines et de la libération conditionnelle.

Objectifs spécifiques

  • Informer les détenues sur leurs droits liés à la libération conditionnelle et à la réduction des peines.
  • Doter les membres de la Cellule Genre d’informations de plaidoyer pour la prise en charge des droits des détenues en matière d’aménagement des peines.

Cibles 

  • Détenues de la Maison d’Arrêt de Rufique.

Intervenants 

DACG.

Date :

8 mars 2022.

Lieu

Maison d’Arrêt de Rufisque.

 

    wpChatIcon